Ligue 1

Les 4 types d’activité physique

Il existe de nombreuses façons de classer les sports en fonction du type d’effort physique requis. Il faut toutefois préciser que toute classification, compte tenu de la nature complexe de chaque sport, est limitée et toujours partielle. Pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, la subdivision la plus appropriée est celle basée sur les différences physiologiques, car elle permet de prendre en compte de manière adéquate les particularités spécifiques du développement physique de l’enfant. Le tableau suivant indique de manière simple et brève les principaux éléments physiques qui entrent en jeu dans les différents types d’activité sportive.

SPORTS D’ENDURANCE

Les spécialités de course à pied de l’athlétisme, du 800 mètres au marathon, la marche, la natation, le patinage de vitesse sur glace et sur roulettes, l’aviron, le canoë, le cyclisme sur route et hors route, le ski de fond… Il s’agit à la fois des sports caractérisés par des efforts de courte durée et de forte intensité (par exemple 800 mètres), et de toutes les activités qui nécessitent des efforts moins intenses mais plus durables.

Un trait commun des sports de ce groupe est la répétition du mouvement : cyclisme, course à pied, marche, natation, aviron.

La pratique de sports d’endurance de moyenne et longue durée est très utile tant pour améliorer l’efficacité du cœur et des poumons que pour favoriser le développement harmonieux du tonus musculaire. Toutefois, lors de la pratique de ces sports, l’intensité ne doit jamais être excessive, car la capacité à produire de l’énergie rapidement et abondamment (production anaérobie) n’est pas encore suffisamment développée chez les enfants de 5 à 11 ans. C’est pourquoi les activités d’endurance caractérisées par des efforts courts mais de forte intensité, comme le 800 mètres, ne sont pas recommandées. Au contraire, les sports de moyenne et longue durée sont recommandés, toujours avec des pauses très fréquentes.

SPORTS ALTERNATIFS

Football, basket-ball, volley-ball, rugby, handball, hockey sur gazon, roller et glace, water-polo, tennis.

La principale caractéristique est l’alternance de phases de jeu et de pauses de récupération, qui offre la possibilité d’un effort physique prolongé.

La pratique d’un sport en alternance, qu’il soit collectif ou individuel, permet à l’enfant d’être actif pendant de nombreuses heures par jour. D’un point de vue spécifiquement moteur, les activités alternées sont, en outre, caractérisées par une variété infinie et aléatoire de mouvements, ce qui contribue à augmenter l’intérêt de notre petit athlète.

SPORTS DE DROIT

Ski de fond, gymnastique artistique, plongeon, escrime, patinage artistique, arts martiauxIl s’agit essentiellement d’activités individuelles, faisant appel à une grande coordination motrice. Certains de ces sports, comme la gymnastique et le plongeon, exigent un effort musculaire considérable mais une faible dépense énergétique. Dans d’autres, comme le ski alpin, la puissance musculaire employée et l’énergie dépensée sont toutes deux considérables. Dans d’autres encore, comme l’escrime et les arts martiaux, l’effort musculaire et la dépense énergétique varient en fonction des différentes phases du jeu.

Pour réussir dans ces activités, il est essentiel de savoir comment réaliser différentes séquences de mouvements. Dans certains cas, il s’agit d’apprendre et de perfectionner des mouvements très difficiles (plongeon, gymnastique artistique) ; dans d’autres cas, il s’agit d’exécuter des gestes complexes de manière variée et imprévisible (escrime, arts martiaux).

Ce sont des disciplines techniquement difficiles et physiquement exigeantes, mais elles sont très bien adaptées aux caractéristiques physiques des enfants de cet âge. Ce sont des sports, indépendamment du degré d’énergie et de puissance requis, qui sont très techniques et exigent une grande coordination motrice, une capacité qui atteint son développement maximal précisément dans la période entre 5 et 11 ans, alors qu’elle ne peut être que partiellement améliorée par la suite.

Il est donc conseillé de commencer à pratiquer des sports de dextérité à cette période, où il est plus facile d’apprendre des techniques sportives particulièrement complexes.

SPORTS DE FORCE

Certaines spécialités de l’athlétisme, telles que les lancers (disque, poids, marteau, javelot), les sauts (en hauteur, en longueur, triple, à la perche), la course de fond (100 mètres), l’haltérophilie.
Il s’agit de toutes ces activités, pour la plupart individuelles, où l’intervention de la force et de la puissance (c’est-à-dire la force x la vitesse) est prédominante et où, par conséquent, il est nécessaire d’avoir développé un tonus adéquat de la masse musculaire.

En raison du développement encore limité de ses petits muscles, il est préférable que l’enfant ne pratique pas ces activités de manière continue et systématique, peut-être dans le but d’obtenir des résultats compétitifs. L’enfant peut aborder ces sports comme un moyen ludique de comparer les capacités individuelles pour lesquelles il entre souvent en compétition spontanée : la hauteur ou la longueur du saut, la distance à laquelle on lance le ballon, la vitesse de course…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mentionslegales ph